Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD

Attentat de Saint-Pétersbourg: «Les Russes possèdent une plus grande capacité à encaisser les attentats que les Européens»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attentat de Saint-Pétersbourg: «Les Russes possèdent une plus grande capacité à encaisser les attentats que les Européens»

Message  tisiphoné le Mar 4 Avr - 19:38

04.04.2017

Olivier Roy est directeur de recherche au CNRS et professeur à l’Institut Universitaire Européen de Florence où il dirige le programme méditerranéen. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’Islam et le terrorisme. Dans son dernier livre, « Le djihad et la mort », il analyse le profil et les motivations des auteurs des attentats qui ont frappé la France et la Belgique. Il revient pour 20 Minutes sur l’attaque qui a frappé lundi le métro de Saint-Pétersbourg.
Selon les autorités russes, l’attentat du métro de Saint-Pétersbourg aurait été commis par un kamikaze kirghiz qui s’appelle Akbarjon Djalilov…

Attention, ce n’est pas parce qu’il est né au Kirghizstan qu’il est kirghiz. Il ne faut pas se focaliser sur la nationalité inscrite sur son passeport car les frontières en Asie centrale ne correspondent pas à la répartition ethnique des populations. Il est né à Och, à la frontière avec l’Ouzbékistan, dans la vallée de Ferghana, qui est un haut lieu de radicalisation islamique depuis 25 ans. Son nom est ouzbek, c’est un Ouzbek.

>> A lire aussi : Attentat en Russie: «J'ai senti une très forte odeur de brûlé», raconte une passagère du métro
En quoi est-ce intéressant ?

On constate que la majorité des djihadistes et des terroristes d’Asie centrale sont des Ouzbeks. Le terroriste qui a attaqué une boîte de nuit à Istanbul lors de la nuit du réveillon était lui aussi un Ouzbek ethnique. Ils ont un fort contingent en Syrie, ils en avaient un fort en Afghanistan. Et ils sont surreprésentés dans les rangs de Daesh.
Comment l’expliquer ?

Dès la fin de l’Union soviétique, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan sont devenus des centres de radicalisation islamique. Dans les deux pays existait un parti qui s’appelait Parti de la renaissance islamique. Il y a eu ensuite une guerre civile au Tadjikistan. Un accord avec le gouvernement a été trouvé et les grandes figures de l’opposition islamiste qui s’étaient réfugiées en Afghanistan sont rentrées au pays. Ils ont été plus ou moins intégrés dans le système et moins de personnes sont parties faire le djihad

Par contre en Ouzbékistan, il y a eu une répression extrêmement violente après la chute de l’URSS contre les islamistes. Les jeunes sont donc partis en exil en Afghanistan, au Pakistan. Et on retrouve par conséquent des Ouzbeks à chaque fois qu’il y a un djihad quelque part dans le monde. Plusieurs milliers d’entre eux sont partis en Syrie et en Irak depuis le début du conflit. C’est important au regard de la population du pays. Quand ils reviennent des zones de combat, ils ne passent pas par Moscou afin de ne pas se faire attraper et retournent se cacher dans les montagnes.
Ils représentent donc la menace la plus grande contre la Russie ?

Tous les auteurs d’attentats commis sur le territoire russe sont originaires de l’ancien espace soviétique. C’étaient des Tchétchènes il y a quelques années. Désormais, ce sont davantage des Ouzbeks et des Daghestanais. Ces derniers représentent d’ailleurs le principal risque pour les Russes. En effet, la Tchétchénie est tenue d’une main de fer par le président Ramzan Kadyrov. Il a instauré la charia mais il est pro Poutine. Il coupe ainsi l’herbe sous le pied des radicaux islamiques.

La situation est beaucoup plus confuse au Daghestan. Le pouvoir central est très faible, il y a des attentats et des assassinats tous les jours mais personne n’en parle. A partir de là, un groupe peut à tout moment se rendre à Moscou ou à Saint-Pétersbourg pour commettre un attentat au nom de Daesh. D’autant qu’il y a une forte diaspora du Sud dans la capitale russe.

A lire aussi : Explosion en Russie: « C’est Poutine qui était visé à travers cet attentat à Saint-Pétersbourg »
La Russie est-elle préparée à lutter contre le terrorisme ?

La police locale n’est ni moins ni mieux préparée à lutter contre ce phénomène que les polices européennes. Mais la société russe, elle, possède une plus grande capacité à encaisser les attentats que les sociétés européennes. Ce n’est pas de l’inertie, de la passivité. Simplement, ils sont davantage habitués à la violence, aux catastrophes naturelles, aux accidents de la circulation. L’impact des attentats en Russie est donc beaucoup plus faible qu’en Europe.

_________________
http://grumophone.labrute.fr/
http://grumophone.miniville.fr
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 9979
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum