Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD

Scission ou maintien au PS, présidentielle : quel avenir pour les frondeurs socialistes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Scission ou maintien au PS, présidentielle : quel avenir pour les frondeurs socialistes ?

Message  tisiphoné le Jeu 12 Mai - 18:49

12.05.2016

STRATEGIE – Après l'échec de la motion de censure de gauche contre le gouvernement, mercredi, les opposants socialistes à la loi El Khomri sont au pied du mur. Quitter le PS ? Faire émerger une nouvelle voie au sein du parti pour 2017 ? Rentrer dans le rang ? Toutes les hypothèses semblent ouvertes, d'autant que les positions divergent.

Ils se sont opposés avec acharnement à la loi Macron, puis à la réforme de la déchéance de nationalité, et aujourd'hui à la loi Travail. Pourtant, les fameux "frondeurs", ces députés socialistes qui s'opposent à la ligne de Manuel Valls et de son gouvernement, n'ont jamais signé les papiers du divorce, malgré les appels du pied des autres partis de gauche. A deux voix près, mercredi, la motion de censure "de gauche" contre le gouvernement, cosignée pour moitié par des socialistes, a échoué. Alors que des divergences de fond ne cessent de s'accentuer, notamment sur la réforme controversée du code du travail, personne ne semble envisager à haute voix une scission au sein du PS. Pourquoi donc leur stratégie est-elle si illisible ?

► Ils ne parlent pas d'une seule voix
Mercredi, sur 56 députés prêts à voter une motion de censure contre le gouvernement Valls, 28 étaient des socialistes. Les fameux "frondeurs", représentants de l'aile gauche du parti. Parmi eux : Benoît Hamon, Aurélie Filippetti ou encore Laurent Baumel, proche d'Arnaud Montebourg. Il leur a manqué 2 voix pour déposer cette motion. Force est de constater qu'ils n'ont pas fait le plein parmi les opposants socialistes à la loi Travail. Les grands absents : les députés proches de Martine Aubry, comme François Lamy et Jean-Marc Germain, qui ont dit "niet" à la motion de censure au motif qu'ils ne souhaitent pas faire gagner la droite si le gouvernement venait à tomber. "Le Premier ministre divise et affaiblit suffisamment la gauche pour qu'on n'en rajoute pas", a argumenté François Lamy. De fait, Martine Aubry s'oppose à la perspective d'une scission au sein du PS. Et les frondeurs eux-mêmes ? Pour Christophe Caresche, député pro-Valls, la motion loupée à deux voix près ne serait qu'un "coup de bluff" des frondeurs, qui n'avaient selon lui aucune intention d'aller au bout de la démarche.

► Ils sont menacés d'exclusion
Les opposants à la loi Travail sont sous la pression constante du gouvernement et de l'état-major du PS. La règle est édictée. Seraient-ils tentés (ce qui n'est manifestement pas le cas) de voter jeudi après-midi l'autre motion de censure, celle déposée par la droite ? "Il y aurait une sanction pour tous ceux qui le feraient", résume auprès de metronews Olivier Faure, député PS de Seine-et-Marne. Entendre : une exclusion pure et simple du PS, cette "ligne rouge" évoquée ces dernières heures par le patron des députés PS, Bruno Le Roux. Avec la conséquence logique : ne plus pouvoir briguer un nouveau mandat législatif en 2017 en se prévalant de l'étiquette et de l'appui logistique du PS.

► Leur stratégie pour 2017 reste floue
Parmi les frondeurs, certains ont une perspective claire. Laurent Baumel, l'un des leaders de la fronde contre la loi Travail, ne la cache pas. Il sera lundi aux cotés d'Arnaud Montebourg pour l'ascension du Mont Beuvray, à l'occasion de laquelle ce dernier a promis des annonces fracassantes. Et pourquoi pas une candidature à une hypothétique primaire de gauche ? "On verra dans les prochaines semaines si une candidature alternative à gauche émerge", s'est contenté pour le moment d'indiquer Laurent Baumel, mercredi sur BFMTV. Le nom de Benoît Hamon, autre figure de "l'aile gauche", est régulièrement évoqué.

Reste à savoir quelles sont les intentions des autres opposants à Manuel Valls (et à François Hollande). Le camp de Martine Aubry n'a pas de candidat officiellement déclaré, même si cette dernière se montre favorable à une primaire de gauche. D'autres opposants pourraient enfin se rallier à terme par défaut à une nouvelle candidature de François Hollande si celle-ci se confirme. Mais l'hypothèse d'enterrer la hache de guerre au PS ne semble pas être un scénario privilégié pour l'heure.
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 10228
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum