Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD

Les relations entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont-elles vraiment «réchauffées»?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les relations entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont-elles vraiment «réchauffées»?

Message  tisiphoné le Mer 6 Déc - 19:20

06.12.2017



Les chemins de Hamon et Mélenchon se croiseront-ils de nouveau ? — CHAMUSSY

La fin de campagne avait été tendue entre les deux candidats.
La France insoumise a salué le départ du PS de Benoît Hamon.
Les deux hommes divergent sur la stratégie européenne.

On ne sait pas ce qu’ils ont mangé ce soir-là, le 24 février dernier, mais c’est peut-être lors de ce dîner au Moai Bleu, de la cuisine chilienne au cœur de Ménilmontant, que s’est joué une partie de l’avenir de la gauche. Après deux heures d’entretien, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, alors au coude-à-coude dans les sondages, écartent l’idée d’une candidature unique, convenant seulement d’une « clause de non-agression ». Celle-ci ne sera pas respectée. Les relations entre les deux hommes se tendront au fil de la campagne.

« Je ne veux pas faire de la politique en regardant dans le rétroviseur. Mais, à l’époque, il y avait sans doute une trop grande divergence sur la question européenne », note aujourd’hui Manuel Bompard, ex-directeur de campagne du candidat insoumis. « Ce que nous disions il y a six mois, nous le disons aujourd’hui. Nous attendons de voir si Benoît Hamon a évolué, mais il y a un point qui semble avoir bougé… »
« Le mouvement de Benoît Hamon élargit le spectre de La France insoumise »

Une chose a changé, certes : Benoît Hamon n’est plus au Parti socialiste. L’ancien ministre a claqué la porte cet été pour fonder Génération.s. De quoi ravir La France insoumise.
PUBLICITÉ
inRead invented by Teads

« On a accueilli positivement le lancement du mouvement car il élargit le spectre de La France insoumise. Sur la lutte contre l’austérité, la priorité à la transition écologique, l’opposition à Emmanuel Macron… », énumère Manuel Bompard. « Quand les gens rejoignent nos combats, on ne peut que leur dire "bienvenue", voilà pourquoi nos déclarations sont positives. »

Depuis quelques semaines, en effet, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont troqué les querelles du printemps contre des mamours. « On réduit la fracture. Nous déjeunons, nous échangeons des analyses. Pour le moment, cela reste à un niveau individuel (…). Cela avance », confiait l'Insoumis au Parisien. « On se parle, pas besoin de tapis rouge et de tralala », répliquait le socialiste, qui disait aussi : « ignorer le fait Mélenchon serait de l’aveuglement », sur Europe 1.
« Les relations, on les normalise. Mais le lien n’a jamais été rompu »

« Les déclarations de Mélenchon sont une avancée. On était parti sur d’autres bases il y a quelques mois… », se réjouit Roberto Romero, proche de Benoît Hamon. « Benoît est allé manifester avec les insoumis, en expliquant qu’il cherchait l’unité. Jean-Luc Mélenchon a pris acte de sa démarche qui vise à rassembler la gauche. »


L’eurodéputé Guillaume Balas nuance tout rapprochement : « Les relations, on les normalise. Mais le lien n’a jamais été rompu. On est dans le même camp, la gauche. Pendant la campagne, la concurrence était forte, mais il n’y a rien de neuf par rapport à septembre. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont dû se voir deux fois, peut-être. On discute avec LFI, comme avec tous les autres », évacue-t-il, un poil agacé.

Le bras droit de Benoît Hamon rappelle les désaccords. « Au niveau européen, il y a une différence extrêmement importante, car nous voulons travailler avec toutes les sociétés européennes, sans exclusive, y compris en Europe de l’Est. Deuxième point : on pense que la société n’a pas besoin d’une ultra-brutalité en termes de langage. Enfin, la question internationale nous divise profondément. »
Un changement sur l’Europe ?

Les insoumis avaient cru déceler un changement, pourtant, dans le discours du socialiste samedi dernier. « Lorsqu’il a évoqué cette "sortie du jeu" en évoquant l’Europe, on a cru comprendre que Benoît Hamon faisait un pas vers notre modèle : plan A, plan B. Cette question de la stratégie européenne est primordiale. Il a quitté la structure du PS, c’est bien, mais est-ce qu’il rompt avec la ligne ambiguë du PS sur l’Europe ? »

Guillaume Balas a démenti cette interprétation sur Twitter. « Quand il parle de se retirer du jeu européen, il faut comprendre se retirer de l’Europe au sens de l’institution telle qu’elle fonctionne actuellement. Il est évident qu’on ne peut pas changer l’UE sans rapport de force », précise-t-il.

Au-delà des photos et des amabilités, donc, l’obstacle européen qui avait clos le dîner du 27 février dernier n’a toujours pas été surmonté.

avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 10279
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum