Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD
anipassion.com

TERRORISME Barcelone, Cambrils, Alcanar... la chronologie des événements Deux attentats ont frappé coup sur coup la côte catalane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

TERRORISME Barcelone, Cambrils, Alcanar... la chronologie des événements Deux attentats ont frappé coup sur coup la côte catalane.

Message  tisiphoné le Ven 18 Aoû - 15:06

18.08.2017


TERRORISME - La Catalogne émerge d'une nuit terrifiante. Une nouvelle attaque a été perpétrée ce vendredi 18 août peu après minuit à Cambrils, tuant une personne et en blessant au moins six, après un premier attentat perpétré jeudi après-midi sur la très touristique artère des Ramblas de Barcelone. L'attaque au camion-bélier, revendiquée par le groupe jihadiste État islamique, a fait au moins treize morts et une centaine de blessés.

Les enquêteurs catalans, considérant d'ores et déjà que les deux attaques sont liées, remontent petit à petit le fil des événements macabres de ces dernières heures, qui ensanglantent une Espagne déjà touchée par le terrorisme islamiste à Madrid en 2004. Ils s'intéressent notamment à l'explosion d'une maison, survenue la veille de l'attaque de Barcelone, à plusieurs dizaines de kilomètres de la capitale catalane.

Mercredi 16 août, 23 h 15, Alcanar

Dans la nuit de mercredi à jeudi, peu avant minuit, une très forte explosion défigure un logement de la petite commune d'Alcanar, dans la province de Tarragone (voir notre carte en bas de l'article), à quelque 200 kilomètres au sud de Barcelone.

Les enquêteurs retrouvent une vingtaine de bouteilles de gaz dans les décombres. Ils évoquent la piste d'un accident domestique dû au gaz.

Jeudi 17 août, 17 h, Barcelone

Vers 16 h 50, toujours à Alcanar, une deuxième explosion, entendue de très loin, a lieu à l'endroit de la déflagration de la veille. Elle fait encore plusieurs blessés. D'après La Vanguardia, elle pourrait avoir été déclenchée par le passage d'une pelleteuse chargée de désencombrer les lieux après la première explosion.

À 17 heures, à Barcelone cette fois-ci, une camionnette blanche descend à toute allure l'allée centrale des Ramblas, une longue avenue bondée de touristes, fauchant les passants par dizaines et percutant un kiosque à journaux. Le conducteur descend du véhicule et s'enfuit en courant, sans dire un mot.

Au moins treize personnes sont mortes et plus d'une centaine ont été blessées. Les victimes sont d'au moins 34 nationalités différentes. 26 Français font partie des blessés, ce qui amène le parquet de Paris à ouvrir une enquête antiterroriste.

Après l'attaque, alors que la foule déserte des Ramblas meurtries, la confusion règne: le conducteur a-t-il été appréhendé? La police indique en fait qu'il est toujours recherché. Un témoin a décrit "un homme très jeune, d'une vingtaine d'années, au visage mince".

Le groupe jihadiste État islamique, qui a déjà revendiqué des attentats similaires à Nice, Londres et Berlin, revendique l'attaque en début de soirée.

Deux hommes sont arrêtés dans la soirée, dont aucun n'avait d'antécédents judiciaires. L'un d'eux, le Marocain Driss Oukabir, est lié à la fourgonnette utilisée dans l'attentat. D'après les médias espagnols, elle aurait été louée à son nom. Il a été arrêté à Ripoll, dans le nord de la Catalogne.

L'autre personne interpellée est un Espagnol né à Melilla, une enclave espagnole au Maroc. Il a été arrêté à Alcanar, où ont eu lieu les deux explosions liées à des bonbonnes de gaz.

La police fait le rapprochement: lors d'une conférence de presse jeudi soir, le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero, indique que les enquêteurs ont établi un lien "clair" et comportant "peu de doute" entre les explosions d'Alcanar et l'attaque de Barcelone. "Nous soupçonnons qu'ils (les occupants du logement) préparaient un engin explosif", dit-il.

Vendredi 18 août, entre minuit et 00 h 30, Cambrils

Les autorités étaient toujours en train de recenser les victimes de l'attaque des Ramblas quand l'alerte a été donnée à Cambrils, à mi-chemin entre Barcelone et Alcanar sur la côte espagnole, peu après minuit.

Une Audi A3 vient de foncer sur la promenade de bord de mer, renversant les passants. Elle a percuté une voiture des Mossos d'Esquadra, la police catalane, et une fusillade a éclaté. "Cinq terroristes présumés" sont tués, un policier et au moins cinq civils blessés par les assaillants, indique la police. Une femme a succombé à ses blessures à la mi-journée, portant à 14 le nombre de morts dans les deux attentats.

Les "terroristes présumés" de Cambrils portaient de fausses ceintures d'explosifs, a annoncé le chef du département de l'Intérieur.

D'après La Vanguardia, les policiers effectuaient un contrôle lorsque l'Audi A3 est arrivée à leur niveau. Un seul agent a tué quatre terroristes, qui ont tenté de l'attaquer avec des armes blanches (poignards, machettes, haches). Un cinquième terroriste a blessé un passant au visage avec un couteau en prenant la fuite, avant d'être abattu par un autre agent.

Vendredi 18 août, 9 h, Ripoll

Dans la matinée, les Mossos d'Esquadra annoncent avoir arrêté un troisième homme à Ripoll, la commune où a été arrêté le suspect marocain.

Ils annoncent une quatrième arrestation, toujours à Ripoll, en début d'après-midi.

"Arrestation d'une quatrième personne liée aux événements des dernières heures à Cambrils et Barcelone"

La police indique qu'elle recherche Moussa Oukabir, frère de Driss Oukabir, "mais pour le moment nous n'avons pas établi que c'était le conducteur de la camionnette", qui s'était enfui à pied.


_________________
http://grumophone.labrute.fr/
http://grumophone.miniville.fr
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 10111
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

un imam de Ripoll au centre de l'enquête

Message  tisiphoné le Dim 20 Aoû - 10:21

20.08.2017

Les policiers et la presse se demandent quel rôle Abdelbaki Es Satty aurait pu jouer dans la radicalisation express de plusieurs terroristes.
Source AFP

Trois jours après les attentats qui ont endeuillé l'Espagne, l'enquête se concentre maintenant sur Abdelbaki Es Satty, un imam de Ripoll, une petite localité de 10 000 âmes du nord de la Catalogne et dont sont originaires plusieurs djihadistes. La presse espagnole s'interroge sur le rôle qu'aurait tenu ce religieux dans l'éventuelle radicalisation très rapide de plusieurs auteurs des attaques de Barcelone et de Cambrils. Le domicile de l'homme, qui a disparu depuis mardi, a une nouvelle fois été perquisitionné samedi à l'aube, selon Nourddem, son colocataire qui a assisté à l'opération de police.

Pendant ce temps, les policiers recherchaient toujours Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans dont la photo a été diffusée. « La cellule a été démantelée », s'est empressé d'affirmer samedi le ministre espagnol de l'Intérieur Juan Ignacio Zoido. Mais la police catalane a tenu à nuancer, rappelant « qu'une personne [faisait] toujours l'objet d'un avis de recherche ». La cellule, avait indiqué un responsable de la police vendredi, compterait une douzaine de personnes. Un dispositif a été mis en place samedi soir en Catalogne, impliquant des barrages en relation avec l'enquête, a annoncé la police.

Après l'avoir fait pour l'attentat à la camionnette-bélier de jeudi à Barcelone, dont le bilan est de 13 morts et de plus de 120 blessés, l'organisation État islamique a revendiqué samedi la responsabilité de celui de Cambrils, qui a fait un mort et six blessés, vendredi juste après minuit.
Barcelone se relève

Dimanche, Barcelone tente de revenir à la normale, avec une messe solennelle à 10 heures dans la basilique de la Sagrada Familia et en soirée un premier match du Championnat de football espagnol dans son fameux Camp Nou, entre le Betis Séville et le FC Barcelone. Une minute de silence est prévue en hommage aux 14 personnes tuées dans les attaques et les joueurs barcelonais porteront un brassard noir en signe de deuil.

Dans ces « circonstances extraordinaires et lamentables », l'entraîneur barcelonais Ernesto Valverde a affiché samedi sa « solidarité » vis-à-vis des victimes et de leurs familles, fidèle à la devise du Barça, « més que un club » (« plus qu'un club »), symbole d'un fort engagement politique, culturel et social en Catalogne.

Présent à Barcelone, le roi d'Espagne Felipe VI a lui voulu redonner confiance. Il s'est recueilli devant un autel improvisé fait de fleurs et de bougies rouges sur les Ramblas, la fameuse avenue de Barcelone visée par l'attentat. Le monarque a repris l'expression devenue le slogan d'une ville qui refusait samedi soir de perdre sa joie de vivre : « Nous n'avons pas peur. » « Et nous n'aurons pas peur à l'avenir », a-t-il déclaré après s'être rendu avec son épouse Letizia au chevet des blessés, dont 12 sont entre la vie et la mort, dans les deux hôpitaux de Barcelone.
30 bonbonnes de gaz

Au moins quatre suspects étaient toujours en garde à vue qui, en Espagne, peut durer jusqu'à cinq jours en matière de terrorisme. La « cellule » mise au jour serait composée des cinq auteurs de l'attaque de Cambrils (qui s'est produite huit heures après celle de Barcelone, tous abattus), d'une personne tuée dans l'explosion accidentelle de gaz dans une maison à Alcanar, à 200 kilomètres au sud de Barcelone, d'une deuxième qui pourrait aussi avoir péri, des quatre personnes interrogées et de l'homme encore recherché.

D'après le quotidien El Pais qui cite des sources policières, l'imam de Ripoll pourrait avoir été tué dans l'explosion d'Alcanar. Mais les restes de trois personnes pourraient se trouver dans les décombres. « La dernière fois que je l'ai vu, c'était mardi [la veille de l'explosion] et il m'a dit qu'il allait voir sa femme au Maroc », a raconté Nourddem, son colocataire, à l'Agence France-Presse. La déflagration d'Alcanar aura peut-être évité un drame bien plus important : les policiers ont découvert plus de 30 bonbonnes de gaz, qui auraient pu servir à la fabrication d'engins explosifs.

Le gouvernement a décidé samedi de maintenir le niveau d'alerte terroriste à 4, évitant son niveau maximum, 5, synonyme de risque d'attentat imminent, mais renforçant encore les mesures de protection alors que la saison touristique bat son plein.

_________________
http://grumophone.labrute.fr/
http://grumophone.miniville.fr
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 10111
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum