Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD

l'unique centre de déradicalisation de France va fermer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l'unique centre de déradicalisation de France va fermer

Message  tisiphoné le Sam 29 Juil - 22:36

29.07.2017

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé vendredi la fermeture de l'unique centre de déradicalisation de France, à Beaumont-en-Veron en Indre-et-Loire, qui n'accueillait plus aucun pensionnaire depuis février.

"L'expérience ne s'est pas révélée concluante." Ce vendredi, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a acté par un communiqué la fermeture du centre de déradicalisation de Pontourny, situé à Beaumont-en-Veron (Indre-et-Loire). L'établissement d'une capacité de 25 places avait pour but d'accueillir de jeunes volontaires "radicalisés en voie de marginalisation". Problème : depuis sa création, le centre n'a hébergé que neuf personnes. Et depuis février, l'établissement était même… totalement vide. L'Etat avait pourtant déboursé 2,5 millions d'euros pour ce centre expérimental qui devait en appeler d'autres.

Un centre critiqué dès son ouverture

"L'expérimentation d'un centre d'accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites", a estimé le ministère de l'Intérieur. Dès son ouverture en septembre 2016, le centre avait été critiqué par les riverains et les élus. "Si l'un de ces radicaux pète les plombs un jour, tout peut arriver, nous sommes les premiers menacés", s'inquiétait au JDD en février 2017 Valérie Derouet, la secrétaire de l'association Radicalement digne de Pontourny qui luttait pour la fermeture de l'établissement.

Pour apaiser les habitants, le gouvernement, représenté par Manuel Valls alors Premier ministre et Bernard Cazeneuve ministre de l'Intérieur, s'était engagé à intégrer dans le centre seulement des jeunes volontaires, qui ne seraient "pas sous-main de justice pour les faits de terrorisme, n'auraient pas tenté d'aller en Syrie ou n'auraient pas été condamnés pour des faits de violence." A France Bleu, le préfet d'Indre-et-Loire était déjà revenu sur cette décision en juin dernier. "Il y a une erreur d'appréciation initiale. On a surestimé la capacité des préfets à trouver des personnes volontaires. On a sous-estimé la difficulté à faire fonctionner ce centre", avait-il expliqué.
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 10231
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum