Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD

Un an après le putsch raté, le pouvoir turc met les grands moyens pour célébrer son « épopée »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un an après le putsch raté, le pouvoir turc met les grands moyens pour célébrer son « épopée »

Message  tisiphoné le Dim 16 Juil - 9:55

16.07.2017

Devant une foule électrisée, le président turc a livré un discours chauffé à blanc, promettant notamment « d’arracher la tête des traîtres ».
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/07/15/un-an-apres-le-putsch-rate-le-pouvoir-turc-met-les-grands-moyens-pour-celebrer-cette-epopee_5161038_3210.html#OiSzt7bqiL1cmadw.99


« Cela fait un an qu’une épopée a été écrite pendant la plus sombre des nuits ». Recep Tayyip Erdogan, a multiplié les apparitions, samedi 15 juillet, pour commémorer le premier anniversaire du coup d’Etat manqué, qui avait fait 240 morts.

Le président turc a d’abord assisté à un rassemblement politique au Parlement, premier d’une longue liste d’événements qui jalonneront le week-end. Le pouvoir turc a en effet misé beaucoup sur cette célébration pour redorer son blason, à grand renfort de spots télévisés glorifiant son action face aux militaires rebelles. Dans tout le pays, des statues ont été érigées à la gloire des martyrs anti-putsch tués voilà un an, tandis que leurs portraits s’affichent en posters dans le métro d’Istanbul.

Lire aussi : Turquie : « La justice est aujourd’hui docile et domestiquée »
« Arracher la tête des traîtres »

Après la session exceptionnelle au Parlement, le président turc s’est rendu à Istanbul, pour s’adresser à une foule électrisée. Les partisans de M. Erdogan, massés vers l’un des ponts enjambant le Bosphore où s’est déroulé l’un des épisodes les plus sanglants du putsch manqué, ont écouté le président dans un discours particulièrement offensif.

Recep Tayyip Erdogan a promis d’« arracher la tête des traîtres » responsables de la tentative de putsch. Le président turc s’est également dit en faveur d’un uniforme unique « comme à Guantanamo » pour les putschistes présumés en procès

Des centaines de milliers de personnes étaient rassemblées près du pont afin de commémorer la tentative de putsch qui a fait quelque 250 morts et profondément marqué la Turquie. M. Erdogan y a inauguré un mémorial dédié aux victimes après avoir récité une prière. L’homme fort de la Turquie doit ensuite retourner à Ankara pour y prononcer un discours à 2 h 32, heure locale dans la nuit de samedi à dimanche (1 h 32, heure française), horaire précis auquel les putschistes ont bombardé l’Assemblée nationale.

Lire aussi : Turquie : crépuscule sur la démocratie

Dans la nuit du 15 au 16 juillet, des avions de chasse, des hélicoptères et des chars détournés par des éléments séditieux de l’armée affirmant avoir pris le pouvoir ont semé la mort et la terreur à Istanbul et Ankara. Leur reddition, au petit matin, symbolisera l’échec du coup de force. Un « tournant » dans l’histoire de la Turquie, selon le président islamo-conservateur Erdogan.
« La justice a été détruite »

Un avis largement partagé par l’opposition. Car cette célébration rappelle aussi que cette tentative de putsch fut le point de départ de purges d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de la Turquie moderne. Depuis un an, quelque 150 000 personnes ont été limogées ou suspendues de leurs fonctions, dans le secteur public comme dans le secteur privé, pour leurs liaisons présumées avec la confrérie güleniste, accusée d’être l’instigatrice du putsch.

Samedi lors du rassemblement au Parlement, le Parti démocratique des peuples (HDP, pro-kurdes) était représenté par son vice-président. Ses deux co-dirigeants sont en effet incarcérés, tout comme le sont plusieurs membres d’Amnesty International et près de 160 journalistes, selon une comptabilité dressée par le comité pour la protection des journalistes.

Lire aussi : Turquie : « Le Monde » et Reporters sans frontières lancent un appel en faveur de la liberté de la presse

« Ce Parlement, qui a résisté aux bombes, a été rendu obsolète et privé de son autorité », a déploré Kemal Kilicdaroglu, chef de file du Parti républicain du peuple (CHP, républicain, social-démocrate et laïc, principal parti d’opposition), évoquant le référendum remporté de justesse par Recep Tayyip Erdogan.

« Au cours de l’année qui s’est écoulée, la justice a été détruite. Au lieu d’une normalisation rapide, un état d’urgence permanent a été instauré. »

Kemal Kilicdaroglu a achevé en juillet une marche de 25 jours au cours de laquelle il a parcouru 425 kilomètres d’Ankara à Istanbul pour réclamer la libération d’un député du CHP. Largement passée sous silence par les médias pro-gouvernementaux, cette marche s’est toutefois terminée par un immense rassemblement où les manifestants ont réclamé la fin de la répression.





_________________
http://grumophone.labrute.fr/
http://grumophone.miniville.fr
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 9989
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum