Seb's forum
bienvenue sur le fofo des vacances ! XD

Présidentielle: Le FN adoucit la forme mais garde le fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présidentielle: Le FN adoucit la forme mais garde le fond

Message  tisiphoné le Lun 13 Fév - 23:03

13.02.2017

POLITIQUE En campagne pour la présidentielle, la candidate FN Marine Le Pen lisse ses propos tout en gardant les marqueurs traditionnels de l’extrême droite…



Objectif : la présidentielle pour Marine Le Pen. Dans cette perspective, la présidente et candidate du Front national a engagé une nouvelle séquence de communication depuis le début du mois de février. Après le dévoilement de « 144 engagements présidentiels » à Lyon les 4-5 février, un passage à « l’Emission politique » le 9 février, la candidate a été en déplacement ce lundi à Nice et à Menton (Alpes-Maritimes). Naviguant entre « recherche de crédibilité et radicalité », selon Gilles Ivaldi, chargé de recherche CNRS à l’université de Nice-Sophia Antipolis, Marine Le Pen fait évoluer son discours pour conquérir le coeur des électeurs. Mais elle garde les fondamentaux de l’extrême droite qui ont fait le succès du parti cofondé par son père Jean-Marie Le Pen…
Arrondir les angles

Déclarations expurgées de propos fracassants de l’ère Jean-Marie Le Pen,blog versant dans l’intime, clip de campagne centré sur « la femme, la mère, l’avocate », effacement du logo et du nom FN, la candidate est bel et bien en campagne. « Marine Le Pen a changé. Elle est dans la rencontre des Français. Le mouvement aussi a changé et s’est professionnalisé », s’est félicité auprès de 20 Minutes le 5 février à Lyon Jean-Lin Lacapelle, vice-président du groupe FN au conseil régional d’Ile-de-France et membre de l’équipe de campagne.

Cette évolution de la communication est remarquée par le chercheur Gilles Ivaldi : « comme lors de précédentes élections, la personne de Marine Le Pen est mise en avant. Mais c’est aujourd’hui la sphère de l’intime qui est très utilisée. Elle vise à humaniser la personnalité politique [clivante] alors que le programme n’a pas réussi, seul, à séduire », souligne-t-il.

>> A lire aussi: FN : Peuple, fondamentalisme, femmes... Ce qu’il faut retenir du discours de Marine Le Pen à Lyon

En campagne, la candidate reste cependant sobre, laissant aux lieutenantsles billets quotidiens d’indignation. « Marine Le Pen maîtrise et limite sa communication comme ses déplacements. Elle parle des femmes en ce moment, se posant contre un "rempart" contre la barbarie, l’islam, l’identité dissolue ou encore la perte de liberté. Ce discours vise à convaincre un public encore réticent au FN, les femmes, tout en gardant les électeurs traditionnels », note Anaïs Voy-Gillis, doctorante en géopolitique à l’Institut français de géopolitique de l’université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis.

Outre la parole et l’image lissées, le programme présidentiel frontiste de 2017 est aussi lifté : la peine de mort devient conditionnée à un « référendum d’initiative populaire » requérant 500.000 signatures. Quant à la question de l’IVG, à l’origine d’une querelle ouverte entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot en décembre 2016, elle est évacuée du projet.
Les fondamentaux radicaux

Le cru 2017 du Front national serait-il donc nouveau ? Pas si sûr… « Le FN reste d’extrême droite, historiquement, idéologiquement et de par son personnel politique », rappelle Gilles Ivaldi. Un terme nuancé par Anaïs Voy-Gillis qui lui préfère le terme de « droite radicale », mais précise : « il reste au FN des marqueurs à l’extrême droite de l’échiquier politique : l’ethnodifférentialisme, la préférence nationale rebaptisée priorité nationale, l’opposition entre "élites mondialisées" et "patriotes", l’immigration avec le discours sur l’ennemi intérieur qui est aujourd’hui l’islam après avoir été le communisme », liste cette membre de l’Observatoire européen des extrêmes.

La défense de la laïcité ou la souveraineté de la Nation contre l’immigration, la sortie de l’Union européenne, le refus du pluralisme ou le discours sur le déclin sont d’autres « marqueurs » de cette radicalité, ajoute Emmanuelle Reungoat, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Montpellier et spécialiste des partis politiques. « Il n’y a pas de rupture sur le programme avec Jean-Marie Le Pen. Les fondamentaux sont toujours là même si la communication a été édulcorée », ajoute-t-elle.

Par cette double opération, le candidate espère tenir un fragile équilibre « entre radicalité et recherche de crédibilité » pour convaincre de nouveaux électeurs sans perdre les fidèles, estime encore Gilles Ivaldi. Car si Marine Le Pen est donnée en tête des sondages de premier tour de la présidentielle 2017, elle reste toujours battue au second tour. Une « crédibilité » toujours à la peine, qui signerait un échec de la « dédiabolisation » entreprise par Marine Le Pen après son accession à la tête du FN en 2011, selon Emmanuelle Reungoat. « Rejoindre le FN reste toujours stigmatisant, notamment pour les élus qui ne franchissent pas le pas car cela reste trop peu sûr électoralement », rappelle la maîtresse de conférences à l’université de Montpellier.


_________________
http://grumophone.labrute.fr/
http://grumophone.miniville.fr
avatar
tisiphoné
Admin

Nombre de messages : 9975
Localisation : face à la mer .....
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://sebsforum.forumsactifs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum